Dossier - Arts du pavé et parts de marché

Théâtre de rue

Arts du pavé et parts de marché

Qui n’aura remarqué, ces dernières années, le succès grandissant des compagnies de théâtre et autres spectacles de rue ? Pour le plaisir des passants devenus spectateurs, les comédiens occupent à nouveau le pavé. Mais comment le pavé remplit-il les bourses ?

narvalo.jpg
Les compagnies de théâtre ne regroupent que peu de membres permanents, voire aucun, et font régulièrement appel à des intervenants ponctuels pour combler leurs besoins en fonction du spectacle proposé. « On embauche des artistes tout en manageant la partie technique, pour laquelle nous faisons aussi appel à des spécialistes », explique Roland Ducroux, de la compagnie Colonne – qui lui-même travaille régulièrement pour d’autres compagnies. Impossible de générer des recettes suffisantes pour assurer le salaire d’un grand nombre de membres, et les changements imposés par le gouvernement au statut des intermittents obligent les artistes à multiplier les contrats.

L’autofinancement demeure le moyen le plus commun d’assurer le fonctionnement d’une compagnie, puisque les aides financières publiques se font de plus en plus rares. La faute sans doute à une politique culturelle nationale insuffisante. « La ville de Clermont fait plutôt bien les choses, le Département a une politique plutôt bonne, essaye d’aider les gens et prend des initiatives. Quant à la Région, elle reste totalement incompétente en matière culturelle, ne communique pas, ne fait pas confiance aux techniciens », affirme Roland, sans concessions. Pour survivre, les compagnies alternent les créations originales typiques du théâtre de rue (farces, adaptations de fabliaux…) et le développement d’“événementiels” : des animations, interventions et spectacles commandés par des collectivités, mais aussi par des organismes professionnels ou des entreprises, et “ciblés” pour une manifestation et un public particuliers.

Artistes “de terrain”

colonne.jpg
Au total, Colonne donne une cinquantaine de représentations dans l’année, dont un tiers environ d’événementiels. On pourrait un peu vite qualifier ces derniers de moins “nobles”, mais ils ont leur importance. « C’est une solution pour faire face à la baisse des moyens de la Culture, et pour assurer les finances avant de trouver mieux », justifie Hugues Louagie, de la compagnie Narvalo. L’été constitue la part royale de l’activité annuelle, concentrant l’essentiel des représentations. Les marchés estivaux fournissent autant d’occasions, et les communes n’hésitent pas à acheter de la “prestation artistique”. Et c’est là que les compagnies offrent le meilleur de leur savoir-faire, dont il faut encore inculquer la valeur financière aux élus des petites communes. « Ils doivent comprendre que le prix qu’ils paient englobe non seulement la représentation, dit Hugues, mais aussi les compétences des artistes, fruit de nombreuses années de pratique. » Roland confirme : « Selon leurs politiques culturelles, certains élus savent ce que ça vaut, d’autres pas… et de plus, leurs communes sont parfois fauchées ! Les cachets peuvent donc varier du simple au double. Les tarifs en Auvergne sont assez limités par rapport à d’autres régions comme Rhône-Alpes, par exemple. »

Hugues souligne l’importance de ce retour vers le pavé : « La vocation d’une compagnie est de jouer au plus près de son public. » C’est ce qui favorise la connivence avec lui, qui fait toute la force du théâtre et donne naissance à une atmosphère unique. Roland enfonce le clou, clamant que « les Français ont inventé le théâtre de rue en inventant le théâtre de cirque. Il faut être capable de jouer dehors. C’est lié à notre patrimoine. »

S.J., Cy.D. et D.C.

Compagnie Colonne, 3 av. d’Italie, 63000 Clermont-Ferrand, tél/fax. 04 73 90 77 99, courriel
Compagnie Narvalo, tél. 06 63 68 51 86, courriel

Date de création : 06/11/2008 @ 14:43
Dernière modification : 06/11/2008 @ 17:30
Catégorie : Dossier
Page lue 2595 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034773 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^