Dossier - Karton remballe les statuts

Karton remballe les statuts

karton.jpg

Musicien auvergnat à mi-chemin entre Bashung et Rodolphe Burger, il revient sur son parcours personnel et évoque son statut : il fait partie de ceux pour qui l’intermittence n’est pas forcément la solution.

Michel Carton (à la scène, il met un K…) est un puriste. Son éthique de musicien refusant toute compromission lui a valu bien des déboires. Mais de clash en désillusions, de ruptures en abandons, les galères l’ont fortifié. Pour lui, les belles rencontres humaines, les scènes surchauffées d’improbables festivals sont un cadeau inestimable.

Quand on l’interroge sur le statut d’intermittent et sur la place de la culture dans notre société, Michel est intraitable. « La subvention n’est pas une reconnaissance. Quand on revendique le rock’n’roll, on ne peut pas vouloir en même temps un confort permanent. Le rôle de la création artistique est-il d’être reconnu dans l’instantanéité ? » Ce discours n’est pas celui d’un adolescent attardé, mais plutôt le credo d’un homme aguerri, pour qui souffrance et création sont inséparables. De toute façon, comme beaucoup, il pense aussi que toute démarche artistique, dans un contexte contemporain, ne peut pas avoir la reconnaissance absolue. Au contraire, un des rôles de l’artiste est de pouvoir décrypter son époque, sa création devenant une anticipation de cette époque. La reconnaissance viendra plus tard, lorsque la création aura joué son rôle de témoignage.

Rencontres en liberté

Au-delà des exigences philosophiques, le choix de n’avoir pas suivi la voie de l’intermittence est aussi motivé par une volonté de liberté et de souplesse.

kartondisk.jpg
Ainsi Michel s’est découvert cet été une vocation d’animateur social, avec des adolescents qu’on dit difficiles, issus de la banlieue lyonnaise et qu’il a initiés au chant. Cette relation privilégiée en appelle d’autres, ce qui explique « que je ne souhaite vraiment pas devenir intermittent, pour pouvoir être vraiment libre statutairement et développer ces expériences auprès de jeunes pour qui l’accès à la culture est souvent un long chemin de croix, malgré d’évidentes dispositions ».

Ces choix personnels n’hypothèquent en rien sa carrière et ses rencontres. Ainsi, on évoque en coulisses une future collaboration avec Buzzy, égérie de Gainsbourg, et avec Rodolphe Burger, l’ex-leader de Kat Onoma, investi depuis dans une carrière solo et dans la poésie contemporaine. Pour l’instant, tout ceci est encore un secret, mais l’album de Michel, Sagittairien, est déjà disponible. Un pur moment de rock’n’roll et de verbe.

L.R.


Date de création : 06/11/2008 @ 14:15
Dernière modification : 06/11/2008 @ 14:15
Catégorie : Dossier
Page lue 2579 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1023728 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^