Dossier - Technicien lumières intermittent = revenus clignotants ?

Technicien lumières intermittent = revenus clignotants ?

Jérôme Hatier est technicien du spectacle depuis dix-neuf ans. Il a notamment travaillé pour le théâtre, mais aussi pour des “grosses pointures” comme les Pink Floyd ou les Rolling Stones. Il a participé aux créations de La Gratte à 2 pattes, une salle dédiée à la culture à Thiers, puis de la compagnie de techniciens E240.

C’est en remplaçant pendant plus d’un an un technicien pour le groupe S.O.S que Jérôme a commencé le métier : « On était quatre techniciens son et lumière, c’était une bonne ambiance. » Ensuite il a travaillé pour d’autres orchestres et a fait beaucoup de tournées d’été comme celles de “La Montagne” : « Tu apprends tout sur le tas et surtout le travail en équipe ; petit à petit, ça devient une famille. » En même temps, Jérôme était aussi en poste à la maison de la culture et à l’opéra municipal clermontois. Il est ensuite devenu “roadie” (aide au montage-démontage du matériel, et à toute la logistique en tournée) pour le tourneur Arachnée Concerts : « C’était une bonne expérience, j’ai travaillé avec des groupes à la renommée internationale. » Quant au métier d’éclairagiste, c’est surtout au théâtre qu’il a pu l’approfondir. Il y a neuf ans, Jérôme et des amis du métier ont créé La Gratte à 2 pattes, une association qui assure la programmation culturelle de la salle du même nom, à Thiers, et qui favorise les rencontres entre artistes et techniciens, en mettant par exemple ses locaux à la disposition des groupes pour des répétitions. La même équipe a ensuite créé une deuxième structure, E 240, pour fournir des prestations techniques professionnelles pour le spectacle vivant.

lux.jpg

Budgets en baisse

Le statut d’intermittent ayant changé en 2003, Jérôme trouve le métier de plus en plus difficile : « C’est devenu quasiment impossible de calculer ce que tu vas gagner et si tu as touché suffisamment de cachets pour maintenir ton statut ; nous, on a de l’expérience, donc on s’en sort, mais pour les jeunes qui veulent être intermittents, ça devient trop dur de trouver l’équilibre. En été ça bosse plus, mais au fil du temps, il y a des choix que tu ne peux plus faire. » Pour E 240, l’été rime avec une série d’événements : bien sûr la fête de la musique, à Thiers et Paslières, le festival rural de Châteldon, dont ils sont co-créateurs, en mai, et la programmation “off” de la Pamparina, à Thiers en juillet. D’autres manifestations, notamment de mai à septembre avec le Lazzi Serpolet Théâtre, remplissent ainsi le calendrier estival.

Malgré son ancienneté dans le métier, Jérôme a perdu le statut d’intermittent à la suite d’un “coup de fatigue”, passant au régime du RMI depuis un an. En effet, il s’est beaucoup investi dans différents projets qui n’ont hélas pas fonctionné. Mais il était tout de même optimiste pour la saison en cours, malgré l’effritement des budgets culturels.

S.D. et T.C.

Contact J. Hatier : tél. 04 73 80 33 72 & 06 99 04 36 74
Contact E 240 : 43, av. des États-Unis, 63300 Thiers site : www.lagrattea2pattes.c.la/

Date de création : 06/11/2008 @ 11:07
Dernière modification : 06/11/2008 @ 11:07
Catégorie : Dossier
Page lue 3180 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034829 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^