Ailleurs - A-t-on trouvé le ''i'' ?

DU RMI AU RSA

A-t-on trouvé le “i” ?

Sur le secteur Montluçon et Ouest Allier, le Conseil général de l’Allier pilote depuis le 1er janvier 2008 l’expérimentation pour trois ans du Revenu de solidarité active (RSA).

Près de 2 000 personnes sont susceptibles de bénéficier du RSA : allocataires du RMI, et prochainement de l’allocation pour parent isolé (API). « Nous informons celles que nous rencontrons parmi nos salariés intérimaires », explique Joëlle Rondier, responsable de Job + (voir ci-contre). « Les agents du Conseil général travaillent en binôme avec ceux de l’ANPE pour les recevoir. L’objectif est de consolider le retour et le maintien dans l’emploi par une mesure d’accompagnement social et professionnel, et par une aide financière. » Celle-ci est calculée en fonction du temps de travail, de la situation familiale… « C’est assez complexe, mais la “plus value” arrive dès la première heure travaillée », explique Lætitia Prigent, médiatrice à Job +, « et elle se poursuivra sur les trois ans. La contrainte pour les bénéficiaires, chaque mois, c’est d’envoyer une copie du bulletin de salaire à la CAF et de signaler un changement de situation. »

Au CCAS de Montluçon, deux agents, Cécile Thomas et Isabelle Golanska, sont spécialement affectées au suivi du RSA de plus de 120 personnes, allocataires du RMI sans enfants1, « auprès desquelles nous sommes “prestataires de service” pour le compte du Conseil général qui reste le pilote de l’expérimentation », précise la directrice Chantal Eclaircy. « Le RSA a été un vrai stimulateur pour inciter les gens à reprendre ou accroître une activité, sans les effets pervers du dispositif précédent : la perte du RMI quand ils travaillent “trop”, puis le risque de perdre les autres revenus parce qu’ils sont dans du travail précaire, avec la difficulté de “revenir” au RMI… Là, si l’emploi s’arrête, ils retrouvent le RMI. Entre-temps, le cumul salaire-RSA peut aller jusqu’à 1 250 euros nets mensuels, et surtout ils ne perdent aucun des droits connexes : la CMU et la CMUC, l’APL, les exonérations de taxes d’habitation et audiovisuelles, les abonnements réduits au téléphone et à EDF… On est en train de donner enfin un sens au “i” de RMI, au moins en termes de dispositif. » Autre soutien aux bénéficiaires : une aide personnalisée à la reprise d’activité (APRA), pour favoriser leur mobilité, la garde des enfants, acquérir certains matériels de travail… Pour le moment au moins, les moyens sont là pour financer le RSA !

D.C.

1 - Soit 25% des allocataires suivis par le CCAS.

Date de création : 05/08/2008 @ 17:46
Dernière modification : 05/08/2008 @ 17:47
Catégorie : Ailleurs
Page lue 2054 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1014954 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^