Quoi de neuf ? - Le risque zéro n’existe pas

PIERCINGS OU TATOUAGES, BOBO ?

Le risque zéro n’existe pas

tatootreille2.jpg

Les complications infectieuses

Le tatouage consistant à pratiquer un grand nombre de petites perforations dans la peau pour y introduire des agents colorants, chacune crée une plaie susceptible de s’infecter ou de transmettre une infection, via des bactéries ou des virus ; qu’elles soient précoces ou tardives, ce sont les désagréments les plus courants, parfois graves (gangrène, endocardite). Des cas de contamination tuberculeuse ont été rapportés, mais aussi et surtout d’hépatite. C’est pourquoi les règles essentielles d’hygiène et de désinfection sont nécessaires avant, pendant et après l’opération : le matériel doit être stérilisé avant chaque intervention, ou à usage unique, l’homme de l’art devant aussi appliquer ces règles à lui-même (désinfection, gants stériles…). Autre risque : les manifestations allergiques à certains pigments utilisés, avec des risques de complications graves.

Les complications allergiques

Connues depuis longtemps, les réactions allergiques aux perçages des oreilles sont de fréquence difficile à chiffrer bien que non négligeable : 9,8 % des allergologues du réseau « Allergo-vigilance » interrogés en 2006 ont observé des cas. Si la plupart des métaux ne sont pas concernés (or, palladium, titane, vanadium, aluminium), il existe en revanche des dermites de contact au nickel qui comportent, notamment en cas de perçages multiples, un risque de propagation ou de survenue de rhinite allergique, voire d’urticaire. L’allergie aux tatouages permanents, bien que connue depuis longtemps et dont sont responsables des pigments métalliques (chrome, cobalt…), reste rare mais peut survenir quelle que soit la taille du tatouage.

Les complications dues à la localisation

Les complications dentaires ne sont pas exceptionnelles pour les piercings de la lèvre ou de la langue. Les perçages des régions génitales sont spécialement sensibles et des précautions sont à prendre également pour les tatouages dans la région lombaire.

Le détatouage, ça coûte cher et ce n’est pas parfait !

Une technique récente utilisant le laser permet de briser les molécules d’encre. Mais en fonction du motif, les résultats varieront : les pigments verts ou bleus résistent davantage que les tatouages noirs. Plus radicale, la technique de la greffe de peau permettra de faire disparaître un « Mort aux vaches » trop voyant… mais bonjour le chantier !

S.D. & C.M.


Date de création : 05/08/2008 @ 17:31
Dernière modification : 05/08/2008 @ 17:32
Catégorie : Quoi de neuf ?
Page lue 2109 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1024364 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^