Dossier - J’ai du bon tabac dans ma compostière...
poubellecig.gif

J’ai du bon tabac dans ma compostière...

Aujourd’hui les fumeurs sont mis à l’écart, et même carrément mis dehors… Mais depuis 2002, le fabricant de cigarettes Altadis a mis en place en interne une démarche de recyclage et de prévention environnementale : l’entreprise se veut pionnière dans les pratiques de gestion des déchets. Le groupe a instauré ce protocole dans toutes ses usines de par le monde (Pologne, Maroc, Espagne, Russie), et bien sûr à son usine de Riom – 480 salariés, 10 milliards de cigarettes chaque année dont la dernière, la Montecristo “100 % tabac” (dans les autres, il n’y a pas que du tabac ?). Hubert Routhe, responsable du programme environnement, précise que Riom est un site pilote : « Nous avons été les premiers à lancer ce programme, mais certaines usines, notamment celle de Pologne, nous ont beaucoup apporté en matière d’expérience environnementale. »

altadis.jpg
Depuis trois ans, Altadis a investi sur son site de Riom 200 000 € pour différents aménagements : des “points propres” dans les endroits stratégiques permettent le recyclage du matériel utilisé, avec des containers spéciaux pour trier le bois de palette, le matériel souillé (chiffons gras, absorbants, graisses…), les plastiques, les cartons non souillés, les papiers, les huiles usagées et les solvants, les bombes aérosols, les ferrailles et métaux divers...

Quant au tabac inutilisable, abîmé ou tombé au sol – soit environ 115 tonnes par an, l’équivalent de 7,6 millions de paquets de “clopes” – il est envoyé dans la région d’Ambert où il est composté et sert de terreau pour les agriculteurs du coin. Même les sacs en toile de jute dans lesquels est conditionné le tabac en vrac sont recyclés dans l’industrie du textile.

Mais malgré tous ces efforts, Altadis ne peut empêcher la pollution des autres composants de la cigarette elle-même : en particulier, selon de nombreuses études de spécialistes environnementaux, le filtre d’un mégot reste de 5 à 10 ans dans la nature avant de se décomposer. Quant à la nicotine et aux goudrons, à chaque fumeur de recycler ça comme il peut...

L.R., S.D. & D.C.

Date de création : 27/02/2008 @ 10:19
Dernière modification : 27/02/2008 @ 10:19
Catégorie : Dossier
Page lue 2195 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034547 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^