Gondole, un oppidum pas pour rire

amphore.jpg
Une amphore – mot dont l’étymologie grecque signifie « porter des deux côtés » – qui contenait le vin des Arvernes. Une fois ce contenu absorbé, elle finissait cassée comme en témoignent les tonnes de tessons retrouvés sur les différents sites. Celle que présente ici Loeïz Rialland est de type campanienne (Italie du sud) ; elle est exceptionnelle, car intacte 2000 ans après.
Avec ceux de Gergovie, très célèbre, et de Corent, très prolifique, Gondole complète un ensemble unique en Europe de trois oppida, ou villes gauloises fortifiées. Livrés aux archéologues, ces sites dévoilent leurs secrets sur le Ier siècle avant J.-C., qui vit se dérouler la guerre des Gaules.

Délimité par les rivières de l’Allier, de l’Auzon et par un rempart de 600 mètres de long, Gondole se trouve sur la commune du Cendre, en limite de zones de pavillons et industrielles. Soumis à la pression foncière, le site a fait depuis 2002 l’objet de fouilles préventives de l’INRAP. La découverte spectaculaire d’une sépulture de cavaliers et de chevaux gaulois, dont la photo a fait le tour du monde, l’a rendu célèbre. En 2005, les fouilles programmées par l’ARAFA ont pris lerelais, et les trouvailles des premières saisons sont très prometteuses, d’autant qu’une toute petite partie du site a été fouillée (5 000 m2 sur 30 hectares), et que l’intérieur même de l’oppidum n’est pas accessible aux archéologues, en l’absence d’autorisation des propriétaires du terrain.


Yann Deberge, archéologue de l’ARAFA et responsable du programme, raconte :
« En commençant, on ne savait pas à quoi ressemblait un habitat du Ier siècle, ni un four de potier. » À Gondole, dont l’occupation fut dense et brève (de 70 à 20 av. J.-C.), ont été mis au jour des voies empierrées, des constructions de plain-pied ou sur caves, près de 35 puits, des fours de potiers, des forges, des sépultures… le tout formant un quartier urbain, avec des habitations et des ateliers. « C’est un des seuls exemples connus de quartier artisanal à l’extérieur d’un oppidum », commente Yann.

fouillesprog.jpg
Fouilles à Gondole.
Fragments d’os, vaisselle, pièces de monnaie, bijoux, pièces d’armement : les objets sont importés ou de facture locale. Par leur origine, leur forme ou leur conception issues des deux cultures, certains attestent de l’importance des relations existant alors entre Gaulois et Romains. Tel un casque romain datant de la guerre des Gaules, découvert en 2006. Sa forme, inspirée des casques gaulois, en fait une rareté : il n’y en a que six de ce type en Europe. Quant aux 4 000 amphores que le site a livrées, c’est bien du vin d’Italie qu’elles contenaient ! L’endroit était donc vraisemblablement occupé par les membres d’une aristocratie gauloise guerrière, imprégnée de culture romaine et qui contrôlait le secteur artisanal. Il faudra continuer de fouiller à Corent, Gondole et Gergovie pour déterminer quelles relations ces villes entretenaient et leur rôle dans la guerre des Gaules : se sont-elles succédé dans la suprématie, formaient-elles un tout ? Des questions qui occuperont pour un bon bout de temps les archéologues de l’ARAFA.

Cy.D., fp et C.D.




Date de création : 17/11/2007 @ 21:56
Dernière modification : 27/02/2008 @ 19:15
Page lue 2682 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015309 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^