Ambiance dans l’hémicycle

Quelques députés arrivent en avance, s’installent à leur place attitrée. Ils ont l’air d’être perdus, de s’ennuyer et en tout cas ne communiquent pas entre eux. Sans doute des petits nouveaux ne connaissant pas encore leurs collègues… Les premières stars arrivent : Montebourg, Mamère, Hollande, de Panafieu…

Une sonnerie de théâtre retentit, les retardataires se pressent et s’installent à droite ou à gauche selon leur orientation politique. Certains sourient, plaisantent… Jusqu’à ce qu’un huissier annonce d’une voix de baryton :
« Le président ! ». Solennellement, Bernard Accoyer entre, entouré de deux huissiers qui l’accompagnent à son bureau. Fonctionnaires et députés se lèvent comme un seul homme.

Le président s’entretient avec une personne depuis un haut tabouret, puis déclare d’un ton cérémonieux : « En application des articles 29 et 30 de la Constitution, je déclare ouverte la deuxième session extraordinaire de 2006-2007… » Après deux “rappels au règlement” concernant la situation diplomatique au sujet de l’Iran, et selon l’ordre du jour, un premier membre du gouvernement est ensuite appelé au perchoir, juste en dessous du bureau du président : c’est Brice Hortefeux, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement.

Dès le début de son discours, certains députés font leurs commentaires hors micro. Le ballet habituel au bon fonctionnement de la séance se met en branle, avec un roulement entre les sténographes assises au pied du perchoir – elles sont toujours au moins deux à la retranscription, afin que rien ne se perde –, tandis qu’une dizaine d’huissiers veille au bon fonctionnement de la séance et s’active au service de tous les députés, pour leur servir un verre d’eau, leur porter un message…

hemicycle.gif

Les élus manifestent leur enthousiasme ou leur colère : applaudissements, grognements, protestations… ou ironie à haute voix, selon leur point de vue sur le projet de loi. D’autres, plus dissipés, commentent la presse entre eux, blaguent ou circulent entre les bancs – un peu comme si c’était ceux de l’école. Au-dessus des entrées, de part et d’autre de l’hémicycle, sont postés les photographes de presse. Tout ce manège se déroule sous le regard du public, assis dans les tribunes qui lui sont réservées au-dessus des bancs. Il doit rester silencieux et neutre, sous la surveillance de policiers.

L.C., G.D. & ClR

Date de création : 17/11/2007 @ 19:10
Dernière modification : 27/02/2008 @ 19:09
Page lue 2440 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015309 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^