CLAIRE VAN DER HEYDEN 

Éloge de l’éphémère…


fleuriste.jpg
Parfum fruité de freesia, narcisses entêtants, pivoines généreuses, feuillages brillants, gribouillis d’herbes,branches tortueuses, mousses douces… Autant d’éléments qu’utilise Claire pour ses bouquets ; car Claire est fleuriste, c’est sa seconde nature.

« J’ai eu envie de faire quelque chose de manuel » : devant le peu d’opportunité professionnelle que lui réserve sa maîtrise de psycho, Claire décide de passer un CAP de fleuriste. De retour sur le marché du travail, c’est le même refrain : « Vous n’avez pas d’expérience ! »

Qu’à cela ne tienne, elle s’installe à son compte en créant une micro-entreprise ! Sa vie change.

Elle, qui n’avait jamais envisagé de créer sa propre boîte, décroche une bourse Défi jeune de 1 500 e€. L’investissement en matériel est réduit – quelques sécateurs –, le plus important restant les fleurs qu’elle achète à des grossistes. Au rez-de-chaussée de sa jolie petite maison, héritage retapé par ses soins, elle installe un atelier. Désormais, dès 6 h 30, les petits matins n’ont plus de secret pour elle.

Pour se faire connaître, elle fréquente les marchés, surtout à Chamalières, refusant la contrainte et les charges qu’implique une boutique. Elle rencontre ainsi ses clients, « et sur les marchés les gens aiment bien me voir travailler ». L’éphémère des fleurs, la fragilité de ses compositions et une part d’inconnu font partie intégrante de son travail. Et enfin, « de quoi sera fait demain ? »

Claire aime travailler sur commande, s’adapter à une demande, à des contraintes budgétaires. À l’automne, la manifestation du Sommet de l’élevage lui a rapporté de quoi vivre quelque temps, mais ce n’est pas tout ; elle travaille aussi pour les mariages et les deuils. Avec des commandes précises, elle évite le gaspillage inutile des fleurs invendues, problème principal des marchés.

L’originalité fait partie de sa démarche : outre le fait de vouloir rendre l’art floral abordable1, Claire fait de la résistance en la jouant “développement local”. Pour elle, certaines fleurs et feuillages sont “anti-écologiques” : transport onéreux, techniques de culture discutables… Claire cultive elle-même des roses anciennes dans le jardin de sa grand-mère, et s’adonne à “la glane” : la nature regorge de trésors…

S.D. & fp

1. Bouquets à partir de 3 €

Contact : Atelier Seconde Nature, 63110 Beaumont, tél. 04 73 44 90 99

Date de création : 18/07/2007 @ 22:47
Dernière modification : 06/11/2007 @ 16:17
Page lue 2631 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015738 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^