BRIGITTE ET DENIS BELLIN

« Un bien crémeux s’il vous plaît ! »

brigitte.jpg
C’est en rencontrant d’autres éleveurs que Brigitte Bellin, alors au chômage, décide de devenir agricultrice.
En 1987, Brigitte se lance… Denis, son mari, dont le premier métier est mécanicien poids lourds, la rejoint un peu plus tard. Parmi les vingt-trois hectares de leur exploitation, six proviennent des parents de Brigitte ; les autres sont loués en fermage. « Au début c’était dur, car je n’avais pas de formation agricole », confie Brigitte. Aujourd’hui, 70 chèvres “alpines” et 10 vaches “abondance” se partagent les prés. Le principe de rotation des bêtes sur les pâtures a orienté le choix de ce double élevage. De leur lait naissent de vrais et savoureux fromages de tradition fermière, de chèvre mais aussi de vache. Contrairement aux premiers, sur lesquels l’équipe d’Exclusif a porté toute son attention gourmande, ces derniers ne sont pas séchés.

Bien que l’exploitation ne soit pas officiellement labellisée “bio”, les Bellin cultivent le respect des lieux et souhaitent maintenir la qualité de leur agriculture, en travaillant à leur rythme. « Les investissements se font en fonction des rentrées d’argent », explique Brigitte. L’alimentation des animaux est la plus naturelle et à base de foin et de céréales ; ainsi une partie de la production de céréales se fait sur place. La fumure fait office d’engrais dans les pâturages.

On a goûté !

chevres.jpg
Dans la maison auto construite de Brigitte et Denis (et bien occupée par leurs quatre garçons), équipée de panneaux solaires qui assurent la production d’eau chaude, se trouve l’atelier de transformation du lait en fromage. Tous les matins de 9 à 13 heures, le lait des traites de la veille et du matin même – réalisées avec un coup de main d’Anthony, 9 ans – est assemblé et préparé pour la fabrication des fromages. C’est un travail délicat, qu’il faut mener en surveillant la température au degré près. Bien que la technique soit bien rodée, le fromage n’est pas toujours identique, mais en revanche il est en permanence d’excellente qualité (c’est sûr, on a goûté !). Il subit diverses influences : la météo, l’alimentation des animaux, la fin et le début de lactation des chèvres… Les fromages gagnent ensuite des chambres froides ventilées, où ils sèchent pendant plusieurs heures ou jours suivant l’effet recherché, pour obtenir des ronds ou des bûches plus ou moins résistants sous la dent…

Aujourd’hui adhérente de l’association “Terroirs des Combrailles” 1, la famille Bellin vend ses produits sur les marchés, dans différents magasins, et aussi directement à la ferme où se rendent depuis deux ou trois ans de plus en plus de clients. À bons entendeurs…

fp


1 - Marque déposée par la SMAD (Syndicat Mixte pour l’Aménagement et le Développement) des Combrailles regroupant 23 producteurs selon la qualité de leurs produits et leur méthode de commercialisation, à la ferme ou en circuits courts.



chevres.jpg

Deux cents fromages pour un samedi matin

bellinmarche.jpg
Être sur le marché, cela fait partie du travail de Brigitte. Le samedi, lever à 6 heures, pour préparer les fromages qui seront proposés sur le marché du Mazet, à Clermont, où elle est quelquefois aidée par un “commis” de 12 ans, son fils Clément. Rester debout de 8 à 13 heures pour les vendre, c’est éprouvant mais cela permet d’être en contact avec la clientèle, ce qui est très enrichissant. Quand on arrive au marché, on sent bien toute l’effervescence qui gagne les gens en découvrant les produits frais qui font plaisir aux papilles. On voit les habitués discuter avec leurs vendeurs favoris, comme Brigitte qui compte un bon nombre de fidèles parmi les acheteurs de quelque deux cents pièces chaque samedi… Mais malheureusement, elle a constaté une certaine baisse de la fréquentation du marché : « Je pense que c’est dû à l’augmentation des prix : ça devient des produits chers. » Quant à elle, pas question d’augmenter les tarifs de ses fromages et d’en faire un produit de luxe, et cela malgré les périodes plus difficiles, pendant les années de sécheresse par exemple. Quoi qu’il en soit, le marché du Mazet reste un endroit très convivial, qui attire beaucoup de gens le samedi matin, en particulier les fromages des chèvres de Cisternes…

S.D.
Brigitte et Denis Bellin, Villefeu, 63 740 Cisternes-la-Forêt, tél. 04 73 87 82 45. Vente directe à la ferme toute l’année. Vente sur les marchés : Pontgibaud le jeudi matin, Montferrand 1 vendredi sur 2, Clermont-Fd (place du Mazet) le samedi matin.

Date de création : 18/07/2007 @ 16:14
Dernière modification : 06/11/2007 @ 16:03
Page lue 3588 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034547 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^