Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE)

Interdits de séjour en poubelle

La consommation de matériel électronique augmente de façon exponentielle, en particulier pour le matériel informatique dont la durée de vie moyenne est estimée à 4 ou 5 ans. Fournisseurs et utilisateurs sont concernés par ces récentes mesures aux motivations tout écologiques.

En quelques dates :
  • 2002 : prise de conscience de la nécessité de recycler ces produits polluants en créant une sous-catégorie dans la nomenclature européenne des déchets : les DEEE.
  • août 2005 : interdiction de jeter ces matériels à la benne. Les particuliers peuvent les apporter à leur déchetterie locale et les entreprises dans un centre de traitement1. Les fournisseurs sont désormais tenus de reprendre les produits fabriqués au-delà de cette date et d’établir un programme de recyclage. Pour les plus anciens, le principe du "1 repris contre 1 acheté" peut être pratiqué par le fournisseur, sur demande.
  • juillet 2006 : la directive RoHS (Restriction of Hazardous Substances = restriction des substances dangereuses) interdit l’usage du plomb, du mercure et du cadmium dans la production : l’industrie doit adapter ses produits.
  • novembre 2006 : obligation de valoriser les DEEE et instauration du principe de responsabilité du producteur. Le 15 novembre, la filière de récupération des déchets électroniques démarre à l’initiative du ministère de l’Écologie, des fabricants et des distributeurs. Le recyclage s’organise : enlèvement des déchets dans les points de collecte sélective, transport vers les usines de recyclage pour démantèlement. Les différentes matières (plastiques, métaux, verres, substances dangereuses, etc.) sont triées et traitées, recyclées et revalorisées selon les possibilités. Producteurs et distributeurs prennent désormais en charge le financement des filières selon leur part de marché. Les consommateurs contribuent au processus en payant une "éco-taxe" (environ 1 € pour une unité centrale et 5 € pour un moniteur 17 pouces), comprise dans le prix des équipements neufs. Cette mesure devrait encourager producteurs et distributeurs mais également particuliers et entreprises à céder leur matériel à des associations susceptibles de le reformater, comme Chrysalide.

ClR

1. Écosynthèse, Parc industriel du Maréchat, 6, rue Michel-Servet, 63200 Riom, tél. 04 73 64 08 79. Site Web : www.ecosynthese.fr

Date de création : 25/02/2007 @ 15:51
Dernière modification : 26/05/2007 @ 19:42
Page lue 2730 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044063 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^