Redécoupage des circonscriptions sociales du département

Des travailleurs soucieux

Le 27 mars 2006, le Conseil général du Puy-de-Dôme a voté une nouvelle organisation de ses services sociaux, mise en place depuis le 1er janvier dernier. Auparavant découpé en 12 circonscriptions d’action médico-sociale (CAMS), le département n’en compte plus que 8 (voir ci-dessous) ; ce changement n’est pas le seul… Commentaires de Jean-Claude Placiard, directeur général de la solidarité et de l’action sociale au Conseil général, et de plusieurs représentantes des personnels concernés : Sylvie Panafieu, Anne Vila, Bernadette Avila, Béatrice Marty et Catherine Charvillat (syndicat Sud), Patricia Chaussidon (CGT-FO) et Danielle Rousserie (CFDT).

Premier objectif de ces modifications, selon Jean-Claude Placiard : « Un souci de cohérence », pour faire coïncider les nouvelles circonscriptions avec les territoires des communes et surtout des structures intercommunales (communautés de communes, syndicats intercommunaux…) de plus en plus importantes ces dernières années, notamment pour la mise en place d’actions d’insertion (1). Ainsi une CAMS correspond à la ville de Clermont, une autre (Clermont agglo) aux vingt autres communes composant Clermont Communauté. La modification la plus sensible est la séparation de l’ancienne CAMS de Rochefort-Montagne entre quatre des nouvelles circonscriptions, dont celle des Combrailles correspondant au territoire du Syndicat mixte d’aménagement et de développement des Combrailles, qui réunit 102 communes (2). D’autre part, à ces huit nouvelles CAMS correspondront les huit commissions locales d’insertion (CLI, jusque là au nombre de neuf), huit commissions d’aide sociale, etc. Chacune des CAMS est divisée en unités territoriales (UT) – 40 au total – et le nombre global de points d’accueil du public doit augmenter : 116, souvent des permanences dans les mairies, mais aussi de nouvelles antennes (à La Bourboule, Pontaumur, Clermont-Champratel…) et même de nouveaux sièges, comme celui de la circonscription de Clermont Ville dans le quartier Saint-Jacques. Objectif : dans tout le département, chaque usager doit trouver un lieu d’accueil du Conseil général à moins de 20 minutes de voiture de chez lui. Ça, c’est le contenant ; et le contenu ? Chaque UT comprend au moins trois assistant(e)s de service social (AS), une puéricultrice et une secrétaire médico-sociale (SMS). L’idée, c’est que les AS puissent se remplacer l’une l’autre – notamment en cas d’absence courte, non remplacée. « Ainsi on ne fermera plus une permanence pendant trois semaines », explique J.-C. Placiard. D’autre part, les AS de l’ancien service des “volantes”, qui effectuaient jusque-là des remplacements longs, « sont maintenant affectées de façon permanente sur les secteurs où les besoins étaient les plus importants », à savoir l’agglomération clermontoise et Thiers (3). En haut de la “pyramide”, chaque circonscription est désormais dirigée par un responsable administratif (4), entouré d’un (ou deux) animateur local d’insertion (ALI) qui organise et gère les actions d’insertion sur son territoire, et d’un référent technique social (RTS), spécialement destiné à soutenir les travailleurs sociaux dans leurs tâches, si besoin est (5). D’ici six mois, une évaluation de la nouvelle organisation doit être menée par des consultants extérieurs, ce qui pourra entraîner des ajustements (6).

Le point de vue des personnels :

1. « Pour être vraiment dans la cohérence, il faudrait que tous les services et institutions partenaires des circonscriptions s’adaptent eux aussi à ce nouveau découpage, et ce n’est pas le cas. » (D. Rousserie)

2. Les travailleurs sociaux craignent que les usagers se repèrent mal dans ces changements, d’autant qu’ils n’en ont pas été prévenus alors que nombreux sont ceux qui doivent changer de lieu et d’interlocuteur. (avis exprimé par toutes les représentantes)

3. Cette réorganisation est lancée sans moyens supplémentaires au niveau des AS, alors que les besoins sont de plus en plus lourds, notamment pour ce qui concerne le RMI. « On dépouille le terrain et on étoffe l’encadrement », commente Patricia Chaussidon, « on met des moyens dans l’immobilier mais pas dans le personnel. »

4. Pour Danielle Rousserie, « le fait d’enlever les travailleurs sociaux qui géraient jusque-là les équipes pour y mettre des administratifs, ce n’est pas une mesure anodine. »

5. « Au début du projet, on a fonctionné en intersyndicale, par groupes de travail, et on a fait des propositions. Pour l’essentiel, tout cela est resté lettre morte », commentent A. Vila et S. Panafieu. L’instauration des RTS faisait partie de ces propositions.

6. « Tout cela est fait “dans l’intérêt de l’usager” : mais est-ce qu’on lui a, au moins une fois, posé la question ? », demande Danielle Rousserie.

Souvent, notamment dans les antennes, les équipes risquent “d’éclater” : les AS, éloignées de leur encadrement, devront travailler de façon trop isolée. Pour les puéricultrices, le risque est encore plus grand car, dans les petites UT, elles auront beaucoup de difficultés pour solliciter l’avis d’une autre collègue.

Un risque,
pour certaines AS : un allongement excessif des délais de transmission des courriers (enquêtes, etc.) qui doivent transiter par la hiérarchie de chaque circonscription.

O.M., D.C. avec M.L.

LES NOUVELLES CIRCONSCRIPTIONS

territo.gif
(Les anciennes circonscriptions sont délimitées en pointillés noirs)

1. COMBRAILLES : siège à Saint-Eloy (tél. 04 73 85 31 20) ; nouvelle antenne à Pontaumur (en plus de celle des Ancizes).

2. NORD AGGLOMÉRATION : siège à Riom (tél. 04 73 64 53 70).

3. THIERS : siège à Thiers (tél. 04 73 80 86 40).

4. AMBERT : siège à Ambert (tél. 04 73 82 55 20).

5. SANCY VAL D’ALLIER : siège à Issoire (tél. 04 73 89 48 55) ; nouvelle antenne à La Bourboule (en plus de celle de Brassac).

6. SUD AGGLOMÉRATION : le siège ne sera plus rue Vaucanson, à Clermont (tél. 04 73 14 50 50), mais aux Martres-de-Veyre ; nouvelle antenne à Billom (en plus de celle de Rochefort).

7. CLERMONT AGGLO : le siège est à Cournon (tél. 04 73 69 92 69 ; antennes existantes à Beaumont et Chamalières).

8. CLERMONT VILLE : le nouveau siège sera avenue Léon-Blum (Saint-Jacques) et non plus rue Savaron (tél. 04 73 98 26 80) ; deux nouvelles antennes : dans les quartiers nord et avenue des Paulines (en plus de celles d’Amadéo et Vaucanson).

Date de création : 25/02/2007 @ 13:53
Dernière modification : 07/06/2007 @ 14:12
Page lue 4596 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044063 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^