Aline et Michel Pradat


Un parcours semé d’embûches



agrtracteur.jpg Le métier d’agriculteur n’est pas de tout repos, surtout lorsque les difficultés s’enchaînent. C'est le cas pour Aline et Michel Pradat, agriculteurs à Bagnols.
En 1983, ils reprennent en fermage (location) l’exploitation familiale, qui produit du lait et de la viande. Ils élèvent alors 45 vaches sur 47 hectares. Le couple connaît d’abord des soucis financiers en 1994-1995 et, avec l’aide de la MSA, perçoit le RMI pendant un an.
Aline insiste : « C'était inadmissible pour moi… Ce n’était pas tant le fait de toucher le RMI qui m’embêtait, mais plutôt de ne pas vivre de notre travail. » C’est alors qu’elle décide de s’investir dans une formation : elle s’oriente d’abord sur le métier d’aide à domicile puis obtient son agrément comme assistante maternelle. Aline travaillant, son mari n’a plus droit au RMI.
En 1998, nouveaux problèmes : trop de “cellules” dans la production de lait (ce sont des globules blancs venant du sang des vaches, en réponse à une infection bactérienne). Entre autres raisons à cela, la ferme est trop vétuste. Le lait n'est donc plus ramassé pendant dix jours, ce qui est énorme quand on considère que l’exploitation produit environ 10 000 litres par mois. Pour faire face à ce coup dur, ils vendent des bêtes et ne produisent plus assez pour payer le fermage : ils mettront du temps à reconstituer ce cheptel. Les propriétaires les assignent devant les tribunaux, désirant reprendre leurs bâtiments ; c’est cet automne que le verdict sera rendu. Les Pradat ont une chance de gagner, mais ils pensent déjà au cas contraire. Soit ils chercheront une autre ferme à louer, soit Michel entamera une reconversion – mais à 47 ans, l’affaire s'annonce rude. A cela s’ajoute une nouvelle “tuile” : Michel est diminué par une blessure au genou, ce qui l’amène à accepter l’aide d’un voisin.
D’après Aline, l’État ne les aide pas beaucoup. « Et à part quelques journaux nous concernant, nous sommes presque coupés du monde. Encore faut-il avoir le temps de les lire », ironise-t-elle. Il faut dire qu’en plus de son travail d'assistante maternelle, de la ferme et de l’éducation de ses filles, Aline doit s’atteler à une autre tâche, la comptabilité ! De quoi ne pas chômer cet hiver…

S.M.

Date de création : 03/12/2006 @ 19:05
Dernière modification : 25/02/2007 @ 18:46
Page lue 3325 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044063 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^