ASM

Lutter pour réussir

Du haut de ses (bientôt) quinze bougies, Chakir Ansari porte un regard ambitieux sur son avenir ; il s'adonne à un sport assez peu médiatisé qui n'en demeure pas moins riche en enseignements : la lutte.

Chakir est membre de l’un des huit clubs de lutte de Clermont-Ferrand, celui de l’ASM1. Exclusif a enfilé son survêtement afin de recueillir ses propos et ceux de son entraîneur, Rodolphe Kreutzer.
Tout a commencé pour Chakir à l’âge de 8 ans. Comme beaucoup des membres du club, il réside dans les quartiers nord de la ville et dit aimer les sports de combats, le contact, se dépasser… Il ajoute : « La rage que j’ai pour la lutte, cela m’aide à l’école. » Force est de constater que cette graine de champion est très motivée : il s’entraîne tous les jours et son visage ne trahit en rien ses dires, son enthousiasme est manifeste. Chakir travaille bien à l’école. Il faut dire qu’on l’encourage pour qu’il atteigne son objectif, son rêve : devenir un jour professionnel. « J’aimerais intégrer une école sport-études à Font-Romeu, mais même si ça ne marche pas, je continuerai à lutter ! » Quelle détermination ! Mais attention, comme le précise Rodolphe, « certains adolescents comme Chakir, une fois plus âgés, sont moins impliqués et sérieux dans leur ascension vers le haut niveau ; ils sont moins réguliers aux entraînements et prennent moins à cœur leur carrière. » La reconnaissance a un prix à payer .


Retrouver des repères


Rodolphe, 30 ans, qui intervient également en milieu scolaire, a déjà un vécu derrière lui. Il débute la lutte à l’âge de 10 ans et devient compétiteur, mais son objectif aujourd’hui est de donner le goût de ce sport qu’il affectionne aux jeunes du quartier, un peu “bagarreurs dans l’âme”, de leur inculquer une discipline, des repères qu’ils ont souvent occultés. Avec une équipe de six encadrants, il dirige environ 150 adhérents dont une trentaine de filles, âgés de 5 à… 70 ans, qui viennent fouler le tapis régulièrement. Rodolphe ne cache pas sa fierté quand il annonce que l’Auvergne forme de grands champions : « Elle se classe 2e au niveau national, derrière l’Alsace. » Mais un trop grand nombre d’adhérents est difficile à gérer, et implique parfois une attitude quelque peu répressive : « Certains jeunes ont en eux une agressivité naturelle qu’ils oublient de laisser au vestiaire ! » Faut-il être en petit nombre pour réussir ? Il semble que l’intégration passe aussi par l’apprentissage de la vie en communauté et qu’il faille s’adapter socialement, respecter les réglements, les autres… Des contraintes auxquelles n’échappe pas ce sport séculaire. À ce propos, connaissez-vous la différence entre la lutte gréco-romaine et la lutte libre ? Eh bien, lisez donc le portrait "Un sport à corps perdu" !
S.M.


1. Les entraînements de l’ASM Lutte ont lieu du lundi au vendredi 19 h jusqu’à 20 h 30, sauf le mercredi de 14 h à 20 h 30. Renseignements sur place ou auprès de Rodolphe (06 07 06 00 36).

Date de création : 18/06/2006 @ 17:06
Dernière modification : 04/12/2006 @ 22:17
Page lue 2987 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015308 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^