Une Souris verte qui roulait dans l’aire…


La Souris verte, un véhicule multimédia équipé de trois ordinateurs, fait partie des actions du CRI Auvergne en direction de publics particuliers, géographiquement ou culturellement éloignés. Actuellement, il est utilisé dans une action d’insertion sociale1 pour les gens du voyage sur les aires de stationnement. Elle vise à les sensibiliser aux apprentissages de base et à une réflexion sur l’écriture, eux dont la culture est traditionnellement orale.

sourisvertemionc.jpg

Depuis mai 2005, Stéphane Gardé et Marjolaine Lauzel, deux formateurs du CRI, interviennent avec le camion quatre demi-journées par semaine, sur les aires de stationnement de Riom, Châtel-Guyon et Volvic. Pour compléter le travail de l’école itinérante qui accueille uniquement les enfants, l’action vise les plus de 16 ans. « L’intention est d’offrir aux adultes un service régulier pour qu’ils puissent s’approprier le camion. On ne veut surtout pas s’imposer, être trop inquisiteurs par notre présence ; nous offrons un espace de parole et de travail où vient qui veut, sans obligation », précise Stéphane.

sourisvertordi.jpgÇa fonctionne puisque que le camion est très bien accueilli, et les personnes qui le fréquentent plutôt assidues. Leurs demandes sont variées, de la simple envie de s’informer et discuter autour d’un café (la presse locale, ainsi que la revue Monde tzigane sont à disposition) jusqu’à la volonté d’apprendre à lire et à écrire. « Nous n’arrivons pas avec des propositions prédéfinies, mais essayons d’être à l’écoute de leurs attentes afin qu’ils nous sollicitent pour approfondir leurs apprentissages. Pour ceux qui ne savent pas trop ce qu’ils recherchent, nous les aidons à affiner leurs objectifs afin de susciter des envies. » Différents ateliers sont donc organisés en fonction des besoins, avec un travail toujours conçu à partir de situations concrètes, touchant au quotidien.

Respecter les cultures

La souplesse d’intervention de La Souris verte permet une adaptation à des publics particuliers, qui ne rentrent pas dans les cadres parfois rigides d’actions classiques. Ainsi les gens du voyage, pour la plupart de nationalité française, sont issus de minorités ethniques souvent loin de l’école mais qui possèdent leurs propres langues et une culture orale avec des coutumes et des codes forts. « L’enjeu, c’est de leur permettre de mieux s’approprier la “culture officielle” en respectant le plus possible la leur, il ne s’agit pas de faire de l’assimilation », conclut Stéphane. Une démarche appréciée, puisque les bénéficiaires menacent avec humour d’écrire une pétition si elle venait à s’arrêter, et que d’autres terrains d’accueil sont demandeurs.

L.P.




1. Action financée par le Conseil général, conduite en partenariat avec le CRI, l’école itinérante, le service social des gens du voyage et l’AGSGV 63 (association de gestion du schéma d’accueil et d’habitat des gens du voyage).

Date de création : 05/04/2006 @ 19:13
Dernière modification : 26/06/2006 @ 18:08
Page lue 4111 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044018 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^