Brigitte
Le CAFAS1 en poche, Brigitte a exercé le métier d’aide soignante pendant huit ans. « Pour moi c’était une vraie vocation. » Malheureusement, elle est forcée d’abandonner suite à l’aggravation d’une luxation de l’épaule. « Je faisais attention mais les collègues m’ont laissée, sans aide, m’occuper des cas lourds… Les gens s’en foutent du travail du moment qu’il y a quelqu’un pour tout faire à leur place » regrette Brigitte. Même si beaucoup sont passionnés dans le personnel hospitalier, Brigitte désapprouve la mentalité “petit chef” d’anciens collègues. « Cela crée des frontières, détruit les relations au sein des équipes et fait perdre le sens humain, nécessaire auprès des malades. » Malgré tout Brigitte garde la nostalgie de son ancienne profession. Cela lui est d’autant plus difficile de rebondir.
« C’est le parcours du combattant pour mener à bien sa reconversion » déclare Brigitte. Tout d’abord il lui a fallu être reconnue en tant que travailleur handicapé par la Cotorep2, ce qui lui aura pris cinq mois. Mais une idée lui trotte dans la tête : développer le site internet3 sur les Touareg qu’elle et son frère ont déjà mis en place. Brigitte se tourne alors vers les organismes de formation pour acquérir les compétences en multimédia. Mais le parcours est semé d’embûches : un rendez-vous avec une psychologue du travail de l’Afpa4 n’aboutit à rien. Ébranlée, elle ne s’avoue pas vaincue.
Une proposition de contrat CES5 en secrétariat s’offre à elle. Par ce biais, Brigitte pense enfin tenir sa formation, quitte à exercer un emploi qui ne la satisfait pas vraiment. « Pour moi ce CES m’a blessée dans ma fierté. Il me donnait l’impression de ne plus rien représenter. C’était la déception car je n’aurais pas dû me retrouver dans ce créneau. » En plus de cela Brigitte regrette qu’il n’y ait pas de soutien psychologique auprès des gens qui vivent dans la précarité, afin de les aider à reprendre confiance en eux, condition si ne qua non pour se reconstruire et élaborer des projets. Malheureusement Brigitte ne voit pas ses efforts récompensés : les employeurs rompent le contrat avant qu’elle puisse se former. Consternée Brigitte met du temps à accuser le coup. Malgré tout, son site lui tient à cœur. Brigitte repart à la conquête des moyens pour se former.
Mais pourquoi Brigitte s’intéresse-t-elle autant à l’Afrique ? « J’ai grandi en Afrique et je suis imprégnée de sa culture. J’aimerais pouvoir en communiquer sa richesse » explique-t-elle. « Dans les pays en voie de développement les personnes vivent avec peu de choses, mais elles ont un cœur énorme et savent transmettre le sens du respect et du partage. Cela contraste avec l’égoïsme et la tristesse des gens en France qui se laissent envahir par la superficialité de la société de consommation. Il nous faudrait aller en stage, là-bas, pour réapprendre les valeurs simples de la vie. »
Z.A. et R.M.P.

1 : certificat d’aptitude à la fonction d’aide soignante ;
2 : commission technique d’orientation et de reclassement professionnel, en faveur des personnes handicapées ;
3 : www.tinifart.st.fr est un site regroupant une boutique marchande (vente de bijoux, de sculptures, issus du savoir-faire des Touareg) et des dossiers culturels (photographies et historiques sur les Touareg et les pays d’Afrique de l’ouest) ;
4 : association professionnel pour la formation des adultes ;
5 : le contrat emploi solidarité donne droit à une formation de 200 heures, et même de 400 heures si celle-ci est qualifiante.

Date de création : 26/11/2003 @ 15:42
Dernière modification : 30/01/2005 @ 21:24
Page lue 3675 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044423 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^