Atelier Chrysalide
La naissance de drôles de petites mains

Depuis janvier 2002, la disparition des décharges publiques a entraîné une modification des modalités d'élimination des matériels électroniques et informatiques. De nouvelles filières de recyclage se sont mises en place, notamment l'atelier d'insertion Chrysalide1, à Bayard près de Brassac-les-Mines.

Gilles Fialip, originaire de la région de Brassac et directeur de l'association Avenir2, porteuse de différentes actions d'insertion, connaît bien les besoins de cet ancien bassin minier. Il voulait proposer autre chose que des activités de couture aux nombreuse femmes sans emploi, suite à la fermeture des mines et autres usines de la région. Roger Vernet, aide-éducateur à l'association Avenir, souhaitait quant à lui « travailler dans l'informatique et le social ». Après la visite de structures similaires dans d'autres départements, ils ouvrent l'atelier Chrysalide en juin 2001.
C'est dans un bâtiment communal prêté par la mairie, l'ancienne chambre chaude de la mine, à Bayard qu'ils s'installent. Au rez-de-chaussée, "la salle des pendus" impressionne par ses dimensions. C'est là que les mineurs hissaient au plafond, sous une verrière, leurs vêtements à l'aide de cordes, afin de les protéger des rats ! L'atelier déménagera l'année prochaine, la mairie souhaitant intégrer ce bâtiment au musée de la Mine que l'on peut visiter juste à côté.
Au premier étage, à gauche se trouve le bureau de Chrysalide et au fond du couloir à droite, l'atelier où s'empilent des ordinateurs, des téléphones et des postes de télévision.
Outre Roger Vernet, devenu encadrant technique, huit contrats “emploi consolidé” (CEC) ont été proposés à des femmes de la région percevant le RMI. Aucune compétence particulière n'était requise.
Deux d'entre elles s'occupent du secrétariat et de la prospection téléphonique en vue de la collecte de matériels électroniques et informatiques. Elles contactent aussi bien des entreprises que des services publics, administrations ou lycées.
Les matériels ainsi récupérés sont démontés ou reconfigurés dans l'atelier, par les six autres personnes. A raison de trente heures par semaine, ces petites mains d'un nouveau genre, effectuent un travail minutieux de démontage afin de récupérer ce qui peut-être réutilisé, revendu ou recyclé. Le conseil général finance entièrement l'atelier où la transparence financière règne, grâce à l'équilibre entre la revente des éléments utiles et le coût de la dépollution (voir encadré). Et comme le souligne Roger Vernet : « Cet atelier est avant tout un support d'insertion par le travail, ce n'est pas pour faire de l'argent. »

1. Atelier Chrysalide, route de la Combelle, 63570 Bayard, tél. 0473 54 11 90
2. Association Avenir, domaine de Laluas, 63200 Riom, tél. 0473 64 92 38
Met en œuvre des actions de développement local, de sauvegarde du patrimoine, d'accompagnement social, d'insertion professionnelle et des actions de réinsertion et de prévention de la récidive auprès de personnes sous main de justice.

Portrait

Armées d'un tournevis mais ornées de bijoux, les mains de Nicole s'affairent au dessus d'un boîtier qui découvre bientôt ses entrailles métalliques. "je travaille ici depuis deux ans, après un an de recherche d'emploi. Passé cinquante ans, c'est difficile de trouver du boulot, surtout dans la région"
Nicole est heureuse d'avoir quitté la cité de banlieue parisienne où elle travaillait à la chaîne dans le conditionnement pharmaceutique et cosmétique. Maintenant ouvrière en recyclage informatique, elle apprécie la bonne ambiance qui règne dans cet atelier exclusivement féminin pour l'instant, et "un chef sympathique ". "Le travail n'est pas très dur physiquement, ni dangereux. On ne fait jamais la même chose, ce n'est pas ennuyeux comme le travail à la chaîne."De plus elle précise que chacune travaille à son rythme, sans contrainte de rendement. Dans trois ans elle sera à la retraite et pourra consacrer son temps à ses petits-enfants avec qui elle partagera peut-être ses nouvelles connaissances : "je n'avais jamais touché à l'informatique, ici je l'apprends". L'atelier Chrysalide lui semble ouvrir d'autres portes pour cette région dont elle savoure la tranquillité.


Chrysalide : la métamorphose de l'écran
Les entreprises ou particuliers qui donnent leur matériel informatique, se voient facturée (25 cents le kilo) la dépollution nécessaire pour certain éléments décortiqués par les petites mains de Chrysalide. Une fois par an, les tubes cathodiques, condensateurs, piles et batteries sont en effet acheminés à Montpellier, dans une usine de recyclage. Cette même usine rachète à l'atelier les éléments recyclables : cuivre, dorures, nickel, aluminium, laiton et caoutchouc. Le matériel informatique en état de marche est transmis à des associations qui revendent des lots à très bas prix à un public prioritaire.



Date de création : 26/11/2003 @ 15:41
Dernière modification : 30/01/2005 @ 21:24
Page lue 4435 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1014987 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^