Une année au CIPPA
Une école pour « prendre conscience des choses »…

« Au début, j’ai démarré le CIPPA1 confiante, mais aussi à tâtons », confie Nadia, 19 ans. Nadia vit à Clermont-Ferrand depuis un an. Sa précédente année de BEP secrétariat n’était pas concluante, et ses recherches pour changer d’orientation l’amènent à rencontrer Mme Aymard, formatrice au CIPPA du lycée professionnel de Romagnat.
Ce qu’on lui propose l’intéresse : quelques cours “classiques”, des modules de formation théorique assurés par Mme Aymard et des stages en entreprise, en alternance. Elle démarre un premier stage en pâtisserie, mais se rend compte très vite que ce n’est pas son domaine. Elle essaie alors la vente, mais le stage se passe dans la réserve du magasin… Déçue mais consciente de l’importance des modules de formation et du soutien de Mme Aymard, Nadia persévère et va découvrir le monde des prothésistes dentaires. Il en découle de bonnes appréciations et beaucoup de motivation ; malheureusement une réalité s’impose, celle du niveau requis pour entrer dans cette branche, qu’elle n’a pas.
« J’ai la tête sur les épaules, et de résister à tous ces refus, ça m’a permis d’être plus forte pour continuer », explique-t-elle. Le travail au CIPPA, en cohérence avec ses expériences sur le terrain, lui permet de revoir son projet. Nadia est à l’aise dans la vente, alors elle décide de retourner dans ce secteur, mais fait un choix mieux ciblé. Son dernier stage dans l’habillement porte ses fruits ; elle peut enfin démarrer un apprentissage, avec un tuteur au sein de l’entreprise, qui prend soin de lui enseigner le métier.
« Je conseille le CIPPA pour trouver une solution professionnelle, mais aussi pour plein d’autres choses : apprendre à vivre seule, à gérer seule un appartement, des factures… Ça aide à prendre conscience des choses, à s’organiser dans la vie quotidienne… » Plus jeune que Nadia, Damien a essayé la boulangerie, la menuiserie et cherche encore sa voie, mais apprécie son année au CIPPA : « J’ai appris à savoir me comporter dans une entreprise ; il y a même des stages que j’aurais bien voulu refaire ! Et puis ça donne un peu de recul : on se dit que si ça ne marchait pas à l’école, c’était peut-être pas entièrement la faute des profs… »

« Leur laisser une marge de manœuvre »

A Romagnat, une quinzaine d’élèves font partie du CIPPA. Ils gardent les bourses scolaires et le statut de lycéens. « Il est impératif que le jeune veuille volontairement suivre cette démarche », explique Chantal Aymard. Tout au long de l’année, elle propose différents modules qui comprennent aussi des activités comme les échecs, par exemple : cette initiation en groupe, avec un intervenant extérieur (l’association Le Pion du roi) fait appel à la patience, la réflexion, la stratégie, la concentration et la mémorisation – et aussi le respect de l’autre.
Les contenus de tous les modules sont réfléchis en profondeur par la formatrice pour être aussi souples que possible et adaptés à chaque élève, en fonction de son âge et son niveau. Certains modules sont faits de manière à découvrir les centres d’interêt de chacun, ce qui peut déboucher sur une orientation par apprentissage, mais aussi parfois en reprenant un cursus scolaire plus classique (BEP, etc.). D’autres modules proposent de mieux connaître le monde du travail, depuis la recherche d’emploi (écrire une lettre de motivation…) jusqu’aux différents contrats auxquels peuvent prétendre les jeunes.
Après chaque stage en entreprise, un bilan est fait par le jeune, avec son tuteur et Chantal. Puis ce bilan donne lieu à une discussion dans le groupe du CIPPA : cette “évaluation orale” collective fait ressortir ce qu’a vécu le jeune pendant son stage, pour l’amener à analyser en profondeur son expérience. Chantal conclut : « Il faut leur laisser suffisamment de “marge de manœuvre”, c’est ainsi qu’ils peuvent accéder à l’autonomie. »

1. Cycle d’insertion professionnelle par alternance

Date de création : 26/11/2003 @ 15:38
Dernière modification : 30/01/2005 @ 21:24
Page lue 5658 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1014987 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^