Les Quatre Vents

“ C’est mon dernier bar... ”


Pour oublier un peu ces temps si difficiles sur notre planète ou simplement pour se détendre, chanter, danser et pouvoir vivre des moments intenses, si on allait dans un bon petit bar avec des copains, prendre un verre (pas de trop…) et écouter un bon groupe de rock du coin ? Et là… On se sent bien !

Malheureusement, des endroits comme cela, où passent des artistes, s’éteignent peu à peu. Les Quatre vents, appartenant à Jean-Luc depuis 17 ans, est l’un des derniers bars qui tiennent encore.

“ J’aime la musique depuis toujours, mais il faut un minimum d’organisation ”, explique Jean-Luc. “ Aussi depuis quelques années je suis entrepreneur de spectacles, et les vendredis soirs, de fin septembre à fin mai, des musiciens viennent jouer. ” La majorité des groupes proviennent de la région, quelques-uns de l’hexagone. Ils sont payés par l’intégralité de la somme récoltée lors des entrées : 4 € par spectateur pour les groupes locaux, 5 pour les nationaux.

En fait, dans la pratique, être entrepreneur de spectacles n’est pas si simple, c’est une tonne de paperasseries en plus de celles du bar. À cela se rajoutent les contrats avec les musiciens, ou les associations qui regroupent plusieurs formations et s’occupent pour elles des factures, simplifiant un peu les choses. D’une part, il y a de plus en plus de normes, de textes, de lois pas toujours cohérents et d’autre part il y a de moins en moins de lieux où les artistes peuvent répéter ou donner des concerts, et ainsi exprimer leur talent.

Jean-Luc est un peu révolté : “ La plupart des groupes débutent dans les bars ou les petites salles, où ils jouent au moins 2 heures ou 2 h 30 et se donnent vraiment. Je trouve que par rapport à l’époque où j’étais DJ (de 1976 à 1988 au club 3 000), le niveau musical s’est élevé. Les groupes jouent beaucoup mieux, ils bossent plus, le prennent plus comme un travail. ”

Faute de volonté nationale pour une meilleure organisation, il existe tout de même un soutien local de certains médias. Mais c’est dommage, et même assez injuste, que les musiques actuelles, pourtant très diverses, originales et de qualité ne puissent pas être diffusées largement ni représentées dans les grandes salles telles que le Zénith et les parcs d’exposition. Ces grosses infrastructures, grand public et dont l’entrée est très chère, préfèrent passer des artistes connus, vus et revus à la télé, surtout des variétés, voire même du “star academy” !

Comment faire pour soutenir tous ces musiciens et petits groupes qui désirent nous faire part de leurs riches créations musicales et donnent le meilleur d’eux-mêmes ? Un premier pas serait peut-être déjà d’aller les voir, les découvrir dans ces petits endroits où l’ambiance est conviviale et dont les prix d’entrée restent raisonnables et accessibles à tous…

M.L.

- Contact : Les Quatre Vents, 57, rue Pablo-Picasso, 63000 Clermont-Fd, tél. 04 73 26 35 96

Date de création : 27/07/2005 @ 19:21
Dernière modification : 26/01/2006 @ 19:08
Page lue 2821 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015318 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^