RMI = réservoir manifeste d'imagination
Galine

RMI = réservoir manifeste d’imagination



Galine est loin d’être une débutante. Dix ans de théâtre amateur, des prestations d’actrice dans des courts métrages, une expérience de modèle pour photographe, plusieurs expositions, et surtout trois courts métrages autofinancés (Hallali, MM et Mots dire), témoignent d’une grande ténacité. « Je me suis lancée il y a trois ans, en me disant : pourquoi est-ce que je ne serais pas capable d’écrire moi-même une histoire avant de la jouer ? »
Autodidacte, Galine s’est formée au contact d’autres artistes, et travaille sur de nombreuses facettes de la création : écriture, comédie, scénographie, sonorisation, photographie, costumes… Et pourtant, elle n’est pas reconnue professionnellement.


Actuellement allocataire du RMI, elle reste en marge du système : « Le fait de toucher le RMI, ça dérange les autres plus que moi, parce que je sais que je suis active, que je fais quelque chose. Le RMI, c’est une allocation, pas une fonction, alors que dans l’esprit de ceux qui sont en face, RMI, ça veut dire inactivité. Le regard des autres est cruel, et dans le microcosme artistique, certains ont vite fait de vous juger. » Dur de se faire une place dans la région : « Le microcosme clermontois est très protectionniste et subjectif, on y trouve toujours les mêmes personnes. J’ai présenté plusieurs fois mes films au festival du court métrage, sans aucun retour. Il semble inimaginable qu’à Clermont, quelqu’un fasse quelque chose qui puisse avoir une quelconque valeur à leurs yeux. Quand on leur demande s’ils peuvent nous aider, ils nous donnent un papier pour qu’on aille voir d’autres institutions. Les seuls à m’avoir bien accueillie, c’est la Commission du film. »


Difficile de tracer sa route lorsqu’on n’est pas reconnu, mais pas impossible : « J’ai l’impression que les institutions ne subventionnent que ceux qui ont déjà été subventionnés. Moi, je ne suis jamais dans la bonne case, mais ça ne m’empêche pas de travailler : en ce moment, je tourne mon quatrième film. Et j’ai une certaine fierté à collaborer avec d’autres artistes de la région qui galèrent comme moi. On n’est pas nombreux mais on se débrouille pour s’entraider, se prêter du matériel. Le RMI n’empêche pas de réaliser ses rêves ».


Le professionnalisme de Galine ressort dans tout son travail, et notamment sur son site Internet élaboré avec le concepteur Lionel Heymans. Un DVD de ses films devrait bientôt sortir, et il y a un début de reconnaissance puisque des sociétés de production comme Europa Corp. et La Petite Reine se sont intéressées à son travail.

galine4.jpg


G.T. & T. C.


Contact : courriel : contact@hallali.com
site Internet : http://www.hallali.com

Date de création : 03/04/2005 @ 15:17
Dernière modification : 17/12/2005 @ 19:27
Page lue 3240 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034773 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^