Enfin, pas tout de suite…
Qu’ils crèvent, les artistes ?

Enfin, pas tout de suite…



Nadège Prugnard et Delphine Bayol sont toutes deux comédiennes. Mais si la première a réussi à se faire un nom, à la fois comme interprète et comme auteure, et à monter une compagnie – Magma Théâtre Diffusion –, la seconde pense de plus en plus à une reconversion : « Je n’ai pas pu obtenir le statut d’intermittente
du spectacle. Une année, j’étais juste à la limite, mais les Assédic ont été impitoyables : j’avais fait l’erreur
de déclarer deux cachets à la date du 31 octobre sur deux années successives, et le second n’a pas été comptabilisé. Plutôt que de continuer comme comédienne au RMI, je crois que je vais me tourner vers
le métier de bibliothécaire… »

Ensemble, Nadège et Delphine avaient organisé, fin juin 2004, la manifestation “Qu’ils crèvent les artistes1 ?”, version clermontoise du Plateau tournant interrégions issu de l’annulation du festival d’Avignon 2003. Sur la lancée d’un mouvement intermittent chauffé à blanc, ces six journées rassemblaient troupes grévistes d’Avignon et compagnies locales, avec pour but de poursuivre les débats sur « la place de l’artiste dans une démocratie », tout en proposant au public une série de spectacles. Pourtant, « le flan est vite retombé », regrette un participant ; « personne n’a voulu prendre de risques : ni signature du protocole contre la réforme du statut d’intermittent, ni caisse de solidarité, et bien peu de participants aux débats… C’est grave. » Nadège déplore elle aussi ce « manque d’engagement », mais reste positive : « Il y a quand même eu 2 000 entrées qui ont mobilisé un public moins connu, et les institutions locales ont participé. » Une participation qui, justement, pourrait bien avoir “plombé” une manifestation dont le bilan oscille entre « le mérite d’avoir existé » et « n’avoir pas fait d’un iota avancer la question2 ».

Ce sera une étape de plus dans la carrière artistique de Nadège, pour qui « la vie professionnelle a repris le dessus ; maintenant, c’est aux associations de bosser ». Comme elle le dit elle-même, « le métier d’artiste est un métier de liberté, de rencontres, de voyages, mais on a intérêt d’avoir “du jus” parce qu’on passe en permanence de l’ombre à la lumière, et c’est épuisant. Être artiste, c’est un choix politique, il faut s’inscrire dans la lutte ».

T.C. & G.T.


1. Titre d’une pièce créée en 1985 par Tadeusz Kantor, dont le point d’exclamation est devenu interrogation.
2. Sur la question des intermittents, on consultera avec intérêt le site Internet du “mouvement indisciplinaire des arts vivants” : http://www.mouvement.net

Date de création : 03/04/2005 @ 14:54
Dernière modification : 17/12/2005 @ 19:24
Page lue 3352 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1044063 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^