Nicolas, comédien ou rien

Nicolas, « comédien ou rien »


Dès l’âge de douze ans, la participation à des ateliers de théâtre amateur et surtout l’expérience du public révèlent à Nicolas sa vocation : il sera « comédien ou rien ». Il continue néanmoins un cursus scolaire classique jusqu’en fac de lettres, prenant en parallèle des cours au conservatoire régional d’art dramatique de Clermont-Ferrand. Suivent quelques années au Conservatoire royal de Bruxelles, ainsi qu’une formation polyvalente « sur le tas » comme technicien de plateau au sein du théâtre Toursky à Marseille.


Afin d’avoir une structure où concrétiser librement ses projets de spectacles, il fonde à Clermont en 1999 la compagnie La Lune Rouge avec des amis. Nicolas y développe entre autres Imagies, un spectacle solo mêlant magie et théâtre : il l’a élaboré au fil des ans depuis qu’étudiant il commençait à jongler et à faire des tours de magie dans la rue, « histoire de se faire un peu d’argent de poche ». Cette expérience de bateleur, il la poursuit depuis dans différentes villes et la qualifie de « très formatrice et totale, même si la rue et son public sont parfois très durs. Il y a aussi un problème de légalité, on ne peut pas jouer où l’on veut dans la rue, c’est plus où moins toléré selon les villes, selon les quartiers, selon l’humeur de la police… »


Dommage, car c’est une bonne alternative aux salles pour gagner sa vie. « L’été, sur les terrasses de lieux touristiques, on peut récupérer jusqu’à 500 € dans une très bonne journée. » 500 €, c’est le prix auquel il vend son spectacle Imagie, mais ça n’est pas autant d’argent empoché : « 150 € brut servent à déclarer un cachet, lorsque toutes les charges sont prélevées, il me reste 80 € net ; environ 150 € sont utilisés pour l’entretien du matériel, par exemple le pressing pour le costume, ou réinvestis dans du matériel nouveau : le théâtre d’objet coûte cher. » Les 200 € restants sont partagés entre le défraiement d’un chauffeur qui aide à la mise en place du spectacle, et la publicité : affiches, plaquettes, tracts.


Vivre de son art n’est pas chose aisée, la polyvalence ne suffit pas et Nicolas n’a jamais obtenu le statut d’intermittent, seul garant d’une certaine stabilité financière. « Il faut avoir de réelles capacités commerciales pour réussir à se vendre et se produire assez souvent afin d’obtenir le nombre de cachets nécessaires au statut, d’autant que les lieux de diffusion se font de plus en plus rares et ont de moins en moins de subventions. » Alors, quel avenir ? Sur le plan financier, Nicolas est inquiet à court terme, mais il ne désespère pas du succès de spectacles futurs. De toute façon, « ce n’est pas à trent quatre ans, alors que je commence à accumuler un vrai savoir-faire, que je vais changer de voie ! »


nicolassers.jpg

L.P.

Contact : Cie la Lune Rouge
7 bis, rue Gourad 63400 Chamalières
Tél. 04 73 93 01 10

Date de création : 03/04/2005 @ 14:35
Dernière modification : 17/12/2005 @ 19:22
Page lue 3373 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034773 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^