ALIS : de l'autre côté du miroir

La société renvoie aux personnes handicapées l’image de leur invalidité et de leur incapacité à communiquer. C’est au mieux un miroir d’indifférence, quand il ne s’agit pas d’un mur d’exclusion et d’incompréhension. ALIS propose d’aller au-delà des apparences et de révéler l’être humain dissimulé derrière l’image du handicapé.


En 1996, l’Association Loisirs et Insertion Sociale (ALIS) est fondée par des travailleurs sociaux, animateurs et directeurs de centres de vacances, afin de rendre les loisirs accessibles aux personnes handicapées. Cette noble initiative se poursuit pendant deux ans, avec le constat que les centres de loisirs sont souvent inadaptés et que le système existant est impuissant à prendre en compte les difficultés des uns et des autres.


En 1998, ALIS décide de devenir prestataire en tant que centre de loisirs ; elle monte en 2000 une unité d’accueil pour les 7-14 ans. Suivront rapidement des activités proposées aux 3-6 ans, puis aux ados. La moitié du budget est consacré à des séjours, mais ALIS refuse l’étiquette d’organisateur de vacances, car son action est beaucoup plus diversifiée. “ On n’est pas le club Med ”, affirme Jacquie Damiano, directrice d’ALIS.


Dès 1998, l’association valorise le “milieu ordinaire” pour les personnes handicapées, c’est-à-dire le droit de vivre comme les personnes valides et d’être considérées comme des êtres humains. Il ne s’agit pas de nier le handicap, mais de permettre aux personnes de satisfaire leurs envies et leurs désirs, grâce à l’accompagnement des animateurs (1). “ Il s’agit d’un rétablissement des droits de la personne handicapée, qui prend en compte les besoins et les demandes exprimées. Ils veulent vivre comme les autres, autrement que dans une institution. ”


“Des mots sur les maux”


Le handicap est considéré comme une source de différences, mais aussi une source d’enrichissement à travers les échanges des uns et des autres. “ Toute personne est différente, du fait de sa culture et de son histoire de vie. ” Bien avant la loi du 2 janvier 2002, ALIS prenait en compte l’importance de la cohabitation des personnes valides et des personnes handicapées. En 2000 fut ainsi créé l’atelier Horizons Pluriels, qui, comme son nom l’indique, permet de réunir des personnes issues de divers horizons dans des activités de médiation artistique (arts plastiques, musique, danse, théâtre…), sur un thème choisi par les adhérents (2).


Horizons Pluriels organise un festival, résultat de deux années de travail. En 2001, le thème abordé était la citoyenneté ; en 2003 c’était la différence, qui a généré une exposition et un ouvrage regroupant les œuvres réalisées avec les artistes invités. L’idée était de faire s’exprimer les personnes handicapées, “mettre des mots sur les maux”. Le point culminant a été la présentation d’une courte pièce de théâtre, “Toiles de vie”, présentée en Allemagne et dans plusieurs collèges et lycées de la région limousine. Thème du 3e festival en 2005 : l’Afrique, à travers un programme d’échanges et d’aide humanitaire.


En 2001, les actions d’ALIS ont éveillé l’intérêt de la CAF, qui a proposé la transformation de l’association en centre social. La démarche, menée après l’accord des adhérents, a conduit à l’acquisition d’un siège administratif, et à l’ouverture d’un local de vie, dans le quartier du Mas Neuf, qui est devenu un lieu de rencontres et de ressources ouvert à tous.


L’association (3) ne manque pas de projets pour les années à venir : acquisition d’une scène de spectacle, constitution d’une troupe de théâtre, ouverture d’un centre d’accueil temporaire en milieu rural… Ce dynamisme et cette recherche perpétuelle de nouveaux projets est d’ailleurs la principale caractéristique d’une association décidément pas comme les autres.


G.T.


1. L’association emploie 70 animateurs saisonniers ou vacataires, et 17 permanents.
2. Toute personne participant aux activités ALIS est un adhérent. Ils sont 200 aujourd’hui.
3. ALIS à Limoges, tél. 05 55 10 95 36.


CSA : les jeunes d’ALIS solidaires


C’est important pour une personne aidée de découvrir qu’elle peut aussi aider les autres, et c’est l’une des idées qui a abouti au projet Citoyenneté Solidarité Afrique ”, affirme Jacquie Damiano, directrice d’ALIS. Entourée par d’autres associations et institutions partenaires, françaises et africaines, ALIS a pu bénéficier de subventions et d’un label européens. En juillet prochain, trois jeunes de l’association vont partir avec deux animateurs à Zinder, un village du Niger, dans un véhicule spécialement aménagé et contenant des dons (livres, vêtements, jouets, médicaments, etc.). Un reportage sera fait sur place et publié dans le journal CSA, créé avec l’atelier informatique d’ALIS.


S.D.


Date de création : 27/06/2004 @ 17:25
Dernière modification : 17/11/2004 @ 20:56
Page lue 3779 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1024029 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^