En passant par la culture...

En passant par la culture...


« En prison, tout ce qui peut faire sortir les personnes de leur cellule représente quelque chose de bon pour elles », explique avec passion Dominique Panchêvre, salarié au Centre régional du livre, à Clermont-Ferrand.


La mission de Dominique Panchêvre est le développement culturel en milieu carcéral en Auvergne. Il contribue à réaliser, avec l’accord des administrations concernées et l’aide des partenaires artistiques, divers ateliers afin que les détenus puissent trouver un lieu de liberté à travers la lecture, l’écriture, les arts plastiques, la photo, le visionnement critique de film, etc.
« En prison, les détenus finissent par perdre la notion du temps. En maison d’arrêt, où les personnes viennent pour de courtes peines, les prisonniers restent toute la journée en cellule et ne sortent que pour la ronde d’une heure. Alors, quand on leur laisse un espace de liberté à travers ces ateliers, les détenus font preuve d’une énergie créatrice folle » ajoute Dominique, le regard fixé sur ses mains. Pour lui, les échanges avec les prisonniers sont “riches et intenses” : « Il y a du respect pour l’intervenant extérieur : une personne libre qui vient passer du temps avec eux, c’est un bol d’air .»


Les débuts d’un nouvel atelier peuvent pourtant être laborieux : « Les prisonniers y voient d'abord un bon moyen de quitter leur cellule mais ne sont pas très motivés. Mais si l’intervenant arrive à leur faire prendre goût aux activités, le succès se fait de bouche à oreille. » Autre idée forte de ces ateliers : montrer leur production horsde l’enceinte carcérale, car les détenus sont fiers de ce qu’ils créent. Pour Dominique , cela prouve que prisonnier, on peut garder son énergie vitale.


...ou l'agriculture


Et si les prisonniers sont bien vivants en prison, ils le sont plus que jamais après avoir écoulé leur peine. Pour les aider à passer de l’incarcération à la liberté, une association appelée “Avenir” propose, aux détenus qui sont à moins d’un an de leur sortie, ou en “courte peine”, un chantier et une formation pré-qualifiante axés sur les métiers de l’environnement.


Ce chantier d’environ quatre hectares sans murs et sans barbelés, appelé “Domaine de Laluas”, est installé au bord d’une route sinueuse creusant la Limagne, aux alentours de Riom. “ Nous accueillons un groupe de maximum quinze personnes et nous les aidons à élaborer leur projet de vie après l’incarcération, des idées de métiers, de formations possibles, etc. ” explique Gilles Fialip, Directeur de l’association.
“ La nature est un merveilleux support de travail. Cela permet d’apprendre un rythme de vie naturelle, différent de celui de la prison. ” ajoute-t-il. Le groupe suit 35 heures de cours par semaine alternées de théorie et de pratique, et partent chez eux pour le week-end. Mais si la nature apporte beaucoup aux prisonniers, un travail s’opère également sur la vie sociale : “ la vie en groupe et les activités d’entretien, de ménage, de cuisine (où ils préparent les légumes qu’ils récoltent), tout cela aide à transmettre les repères de la vie en société ” souligne Gilles Fialip. “ D’ailleurs, ici, ils reprennent des couleurs! ”


Toute l’équipe intervient dans leur cheminement d’insertion : formateurs, éducateurs, personnel administratif, technique, le psychologue, l’infirmier… sans compter les animaux ! “ nous essayons de remettre en état ces personnes, physiquement et psychologiquement. Si besoin est, nous les incitons à poursuivre leurs soins après leur départ ” insiste Gilles. Les personnes restent jusqu’à leur levée d’écrous, et le passage peut être de dix mois comme de deux mois… Souvent on manque de temps pour se remettre à flot.
“ Il y a de toute manière un suivi post-carcéral. Certains reviennent en prison et d’autres non. Heureusement ! Car sinon, on arrêterait ”, plaisante Gilles en souriant.


R.M.P.


Prison.gif
Les ateliers, un moyen d'évasion ?


Date de création : 28/04/2004 @ 19:17
Dernière modification : 25/09/2004 @ 19:12
Page lue 3560 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1034962 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^