Des chantiers au service des hommes

Une personne pleine de courage que cette Mme Lanciaux : cette gentille dame participe depuis quelques années à des saisons de ramassage de fruits et légumes.
Organisés par le PARQ-ADSEA avec l’aide d’agriculteurs de la plaine de la Limagne, des chantiers de ramassage sont ouverts aux habitants des quartiers nord de Clermont. Mme Lanciaux y a retrouvé du travail après une longue période de chômage. Après avoir été aide à domicile, puis s’être occupée de ses petits-enfants, elle put, grâce au bouche à oreille, rencontrer des éducateurs comme Jean-François, Yves, Pierre qui lui ont proposé de participer à ces chantiers de 6 a 7 heures par jour, et rémunérés au SMIC. Cela lui permet, six à sept fois par an, de compléter son RMI. Elle apprécie vraiment ce nouvel emploi qui lui permet de découvrir autre chose que les murs de son appartement. Comme elle n’avait pas souvent l’occasion de rencontrer les jeunes de son quartier, elle croyait, comme beaucoup, que certains n’étaient bons qu’à mettre le feu aux voitures. Quelle fut sa surprise quand elle les rencontra au détour des chantiers de patates, d’échalotes, de cornichons etc. Cela dit en passant, ces chantiers sont très difficiles pour cette dame qui vient de passer les 50 ans : il n’est pas facile de se baisser.
« Depuis le début, on travaille avec des jeunes majeurs ; il n’y a jamais eu de gros problèmes, ni avec les propriétaires, ni avec eux », nous dit-elle. « Des fois, il arrive que certains jeunes ne soient pas prêts à reprendre leur place dans le système. Ceux-là repartent, car il n’est pas question d’empêcher les autres de travailler. Dans les champs, on travaille tous sur le même rang et on avance ensemble. Il arrive que certains ne supportent pas le rythme et souffrent au bout de quelques heures, mais quand ils nous voient, du haut de nos 50 ans, avançant devant, ils reprennent courage. »
« C’est bien ce mélange des âges : on apprend à se connaître, à se respecter, on travaille en bonne entente. J’ai pris conscience qu’ils ne sont pas si méchants que l’on veut bien nous le faire croire. Je pense que les éducateurs ont pris des personnes de notre âge pour montrer l’exemple et tempérer certains jeunes. Ce travail doit servir de tremplin pour ceux qui ont décroché, qui vivent en marge de la société, ça doit leur redonner confiance ; certains ont pu retrouver du travail. »
Une phrase ressort de cette entrevue : “Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait !”


F. M.


Date de création : 28/04/2004 @ 18:25
Dernière modification : 25/09/2004 @ 18:33
Page lue 3245 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1015738 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^