Allocation de solidarité spécifique (ASS)

L’État pousse les chômeurs vers le RMI


Après la réduction des durées d’indemnisation de l’assurance chômage, c’est au tour de l’ASS de faire les frais des mesures d’économie initiées par le gouvernement. Avec en arrière-fond l’idée qu’un temps plus court d’indemnisation poussera les demandeurs d’emploi à retrouver plus vite un travail…


L’allocation de solidarité spécifique est une indemnité versée par l’État aux demandeurs d’emploi arrivés en fin de droits, et pouvant justifier de cinq années d’activité salariée dans les dix ans précédant la période de chômage. Calculée en fonction des ressources, elle est de 407 euros (maximum) par mois pour une personne seule. Elle était jusque-là versée sans limite de durée, les droits étant renouvelés tous les six mois.


Or au cours de l’année 2004, sa durée de versement sera ramenée à deux ans pour les futurs allocataires, et à trois ans pour ceux qui la perçoivent déjà. Seules les personnes de plus de 55 ans ne seront pas touchées par cette mesure, leurs chances de retrouver du travail avant l’âge de la retraite étant quasiment nulles, compte tenu de l’état du marché du travail. Ils seront malgré tout concernés, comme tous les autres bénéficiaires de l’ASS, par la révision du calcul de l’allocation, les revenus du conjoint devant être davantage pris en compte qu’ils ne l’étaient jusqu’à présent. 150 millions d’euros en 2004 et près d’un demi-milliard en 2005, telle serait l’économie réalisée par l’État. Le gouvernement semble préférer la solidarité avec les plus aisés (baisse de l’impôt sur le revenu) laissant aux départements, via leurs Conseils généraux, la solidarité avec les plus démunis.


En effet, toujours courant 2004, sur les 420 000 personnes qui touchent actuellement l’ASS, 150 000 au moins pourraient basculer vers le RMI, dont le financement sera entièrement à la charge des départements. Et c’est autant de personnes en moins dans les chiffres du chômage… Dans le Puy-de-Dôme, environ 1 500 personnes seront concernées par les conséquences de cette réforme, ce qui coûtera au Conseil général – et donc aux contribuables – 6,8 millions d’euros en plus des 40 millions d’euros précédemment versés au titre de l’allocation RMI.


L.J.


Date de création : 01/02/2004 @ 18:42
Dernière modification : 30/01/2005 @ 21:42
Page lue 6682 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1023999 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^