Dossier - Mixer les métiers…

Mixer les métiers…

Enseignante à Nice, Marie-José Scotto a soutenu une thèse à l’université d’Auvergne sur “les processus de féminisation et d’égalité professionnelle dans les métiers dits masculins” : trois questions/réponses.

Pourquoi certains métiers sont-ils davantage occupés par les hommes ?

Dans les mythologies anciennes, les femmes étaient écartées de l’outil et des armes. Aujourd’hui, on donne encore aux garçons et aux filles des modèles de comportement et des domaines de savoir différents. Le soin pour les filles, le monde de la technique pour les garçons… Et on encourage le garçon, on le pousse à être confiant en lui-même, la fille étant “naturellement” discrète… L’histoire ramène parfois quelques vérités. Ainsi au XIXe siècle, les femmes étaient jugées incapables d’être infirmières, médecins ou institutrices, par manque de capacités ou d’autorité – la preuve aujourd’hui… En 1914, pas le choix : les “munitionnettes” entrent en masse aux usines d’armement, vite renvoyées chez elles en 1918 ! Les différences physiques, toujours mises en avant, ont moins d’importance avec l’évolution technologique : aujourd’hui, dans la métallurgie, moins de 5 % des métiers sont réputés inaccessibles aux femmes.

L’égalité progresse-elle au travail ? Pourquoi ?

C’est parfois une volonté “militante” de certaines entreprises, pour d’autres ça améliore leur image, en particulier celle de certains services publics qui s’affichent ainsi “socialement responsables”. Le BTP emploie 8,7 % de femmes, souvent parce que ses dirigeants estiment qu’elles peuvent apporter sur les chantiers plus de sécurité, d’attention – des qualités qu’on attribue traditionnellement aux femmes, ce qu’elles n’apprécient pas forcément… Mais au total, elles représentent 55 % des diplômés du supérieur. La diversité apporte vraiment des ressources aux entreprises, et les lois et règlements évoluent dans ce sens : donc la féminisation et l’égalité progressent. À la question souvent posée aux femmes par les recruteurs : « Comptez-vous avoir des enfants ? », on peut répondre : « Comptez-vous avoir des retraites ? »

La crise actuelle va-t-elle remettre cela en cause ?

Comment savoir ? Et si les femmes étaient au pouvoir dans la haute finance, auraient-elles conduit au même désastre ? En Norvège, la loi impose que les conseils d’administration des grosses sociétés comptent au moins 40 % de femmes : comparons leurs résultats économiques aux nôtres…

Propos recueillis par Ch.M.

pdg.jpg

Date de création : 21/05/2009 @ 18:26
Dernière modification : 21/05/2009 @ 18:26
Catégorie : Dossier
Page lue 2381 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand
04 73 91 34 16
fax : 04 73 91 03 24

Courriel du journal
Courriel de l'association
Abonnement au journal
Version mobile
Recherche



Visites

 1014939 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 14 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^